Livre : « Peine Perdue» d’Olivier Adam

Livre_O.Adam_Peine PerdueUn voyage dans l’univers sombre et désenchanté d’Olivier Adam en compagnie de 22 personnages à l’existence grise. C’est noir, c’est sans espoir mais c’est prenant, on a beaucoup de mal à lâcher avant la dernière page et cela vous poursuit quelque temps.

Les premières phrases :« Il sent son cœur battre dans sa tête. Ça et son souffle, ça prend toute la place. Les voitures sur le bitume humide, les moteurs les pneus, tout s’agrège en bouillie sourde à l’arrière plan. Les lumières comme des traînées orange et rouges, les palmiers les guirlandes, les néons les lampadaires, les cafés les boutiques, ça passe. Des masses plus ou moins claires, imprécises. »

Le Résumé de l’éditeur (Quatrième de couverture): Les touristes ont déserté les lieux, la ville est calme, les plages à l’abandon. Pourtant, en quelques jours, deux événements vont secouer cette station balnéaire de la Côte d’Azur : la sauvage agression d’Antoine, jeune homme instable et gloire locale du football amateur, qu’on a laissé pour mort devant l’hôpital, et une tempête inattendue qui ravage le littoral, provoquant une étrange série de noyades et de disparitions. Familles des victimes, personnel hospitalier, retraités en villégiature, barmaids, saisonniers, petits mafieux, ils sont vingt-deux personnages à se succéder dans une ronde étourdissante. Vingt-deux hommes et femmes aux prises avec leur propre histoire, emportés par les drames qui agitent la côte.

Mon avis : Les paysages sont paradisiaques ou pourraient l’être –voire l’ont été- mais la tempête fait rage dans cette petite ville de bord de mer sur la Côte d’Azur. L’essentiel gravite autour d’Antoine sauvagement agressé puis abandonné devant l’hôpital, et de cette tempête qui génère noyades et disparitions. Le livre est magistralement construit en 23 chapitres portant tous un prénom comme titre (à l’exception du chapître « L’équipe » qui parle de l’équipe de foot dont Antoine est l’ingérable et talentueux avant-centre) : celui d’Antoine et ceux de personnages qui lui sont tous liés plus ou moins directement : ami, ex, collègue de son ex, voisin d’hopital … Des hommes et des femmes à la vie étriquée, sombre, à l’existence souvent misérable entre petits jobs, drogue, alcool et qui survivent plus qu’ils ne vivent dans ce monde en décomposition. Et si quelques uns ont une vie plus dorée en apparence, leur existence n’en est pas moins noire. Tous les personnages se croisent au fil des chapitres formant une espèce de puzzle où chacun apporte un éclairage différent sur les événements. Le style traduit la perte de repère des protagonistes : phrases syncopées et ponctuation parcimonieuse accentuent à la fois la sensation d’égarement général et le malaise ambiant. C’est prenant mais clairement à éviter si l’on est dépressif.

Infos pratiques : Editions FLAMMARION – Août 2014 – 416 pages – 21,50 €.

Print Friendly
Cet article vous est proposé par votre boutique en ligne de bijoux fantaisie Vintage CreaChriss http://creachriss.fr - Copyright CreaChriss

Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.


Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)